Home Economie La Der/Fj obtient un financement de 10 millions de dollars du Fida

La Der/Fj obtient un financement de 10 millions de dollars du Fida

15
0

Pour expliquer, quelque part, le motif de la signature, hier, d’une convention de partenariat avec le Fida, le délégué général de la Der/Fj a rappelé que « nous sommes dans un contexte de relance économique et d’exécution du programme pour l’emploi des jeunes (Programme d’urgence Xeyu Ndaw gni) ».

En ce sens, Papa Amadou Sarr, en l’occurrence, souligne qu’il est fort heureux que la Der/Fj fasse ce partenariat avec le Fida pour l’exécution financière de ce programme en direction des jeunes et des femmes agriculteurs, éleveurs et pécheurs du pays. Cela est important dans la mesure où la Der/Fj a été consacrée par le chef de l’Etat Macky Sall guichet unique pour le financement des entrepreneurs.

La collaboration avec le Fida est une étape très importante qui rejoint le partenariat existant avec la Banque africaine de développement (Bad) et l’Agence française de développement (Afd) pour un programme de 150 millions d’euros, toujours, dans le cadre du Pavie (Projet d’appui et de valorisation des initiatives entrepreneuriales), confie le délégué général.

Selon lequel, les deux projets travailleront ensemble avec une composante du Proval (Projet de valorisation des eaux pour le développement des chaines de valeur) et, dit-il, nous espérons d’ici deux ans, avoir des dizaines de milliers d’emplois notamment en milieu rural pour propulser l’émergence à travers nos zones rurales.

Pour sa part, le représentant régional du Fida basé à Dakar indique que ce programme Agri-jeunes que le ministère de l’agriculture a initié il y a à peu près deux ans couvre près de 50 millions de dollars. Aujourd’hui (hier Ndlr), informe BenoitTierry, l’agrément qui a été signé est d’octroyer 10 millions de dollars à la Der/Fj pour pouvoir suivre les jeunes dans le milieu des microentreprises rurales.
A l’en croire, l’agriculture est quelque de chose de rentable. « On peut non seulement se nourrir de l’agriculture, mais on peut employer beaucoup de monde et on peut aussi s’enrichir de l’agriculture », explique le représentant régional du Fida.

Aussi, lance-t-il, le Fida est très heureux de cet agrément car, c’est un élément important dans le programme national d’emploi des jeunes et des femmes promues par le gouvernement. « Nous attendions ce programme, je peux dire avec impatience, depuis quelques années et il est toujours plus intéressant de travailler sur des programmes d’ampleur national. » Parce que, dit-il, cela nous permet d’assurer une durabilité des actions.

Par ailleurs, Massamba Diop souligne que le projet n’intervient que dans huit régions que sont Thiès, Louga, Diourbel, Kaolack, Fatick, Kaffrine, Ziguinchor et Sédhiou. Dans ces régions confie le coordonnateur national du projet d’appui à l’insertion des jeunes ruraux agri-preneurs (Agri-jeunes), nous devons accompagner et orienter près de 150 mille jeunes ruraux et 50 mille seront orientés vers les dispositifs d’appui du projet.

Cela concerne des jeunes âgés entre 15 et 35 ans issus d’exploitations familiales et la moitié doit être des femmes. « Nous devons promouvoir ces jeunes dans des activités rentables au niveau des chaines de valeur agro-sylo-pastorales et halieutiques. », renseigne Massamba Diop, convaincu que cette convention de partenariat avec la Der/Fj va être une opportunité pour les jeunes ruraux qui sont souvent exclus des systèmes financiers classiques.
Bassirou MBAYE  
 
 
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here