PLUS DE 1400 BÂTIMENTS MENACENT DE S’EFFONDRER

    10
    0

    Il y a plus de 1400 bâtiments qui sont menacés de ruines sur l’étendue du territoire national. Plus de la moitié de ces bâtiments se trouve dans la capitale, Dakar. C’est ce qui est ressorti du rapport général de la Commission technique présentée, ce jeudi, par les agents de l’Inspection général des bâtiments. Pour juguler ce problème, le président de la République Macky Sall, a donné des instructions au ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique et celui de l’Intérieur pour prendre les mesures idoines. Parmi celles-ci, a annoncé le ministre de l’Urbanisme, Abdoulaye Saydou Sow, « il y a le recrutement de 50 agents, qui seront affectés, à raison de 2 agents par région, à l’Inspection générale des bâtiments ».

    Sur le rapport de l’IGB, qui sera soumis au chef de l’Etat, les causes des effondrements des bâtiments ont été analysées et classées en trois groupes que sont : les bâtiments en cours de construction, les bâtiments neufs et les bâtiments prématurément vétustes, bien que certaines soient communes aux trois types. « Il faudra réellement savoir parmi ces bâtiments menaçants ruines lesquels sont réellement en état de délabrement. Parce qu’il ne s’agit pas seulement de constater qu’un bâtiment est en mauvais état, il faut un diagnostic approfondi, savoir si le bâtiment est récupérable, dans ce cas saisir le propriétaire pour les réparer. Il y aura parmi ce lot, des bâtiments qui sont tellement dégradés, au point qu’ils ne seront pas récupérables. Ces bâtiments seront démolis », a indiqué l’Inspecteur général des bâtiments (IGB), Boubacar Dagnoko.

    Le code de la construction est actuellement en cours de révision. Pour le Directeur général de la Construction et de l’Habitat, Amadou Thiam, ça sera l’occasion d’y insérer de nouvelles dispositions pour renforcer la solidité des bâtiments. Entre autres, informe M. Thiam, l’étude du sol, l’agrégation par le ministère des bureaux d’étude et de contrôle, mais également le renforcement des sanctions. « Ce rapport que nous allons valider aujourd’hui, produit par d’éminents experts du bâtiment venant du public tout comme du privé, viendra ainsi, renforcer le cadre législatif et réglementaire ainsi que les outils et leviers existants pour une mise en norme et une réglementation plus adaptées », a déclaré le ministre de l’Urbanisme, Abdoulaye Saydou Sow.
    emedia

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here