votre pub ici

Maroc-Migrants tués/ En colère, Salif Kéita rappelle au Roi Mohamed VI ses « origines maliennes »

0

Le chanteur malien Salif Keita est amer contre le Maroc. Il demande au Roi du Maroc de réagir vigoureusement devant la barbarie perpétrée par ses forces de sécurité sur les migrants qui tentaient de rejoindre l’Espagne par l’enclave de Mellila. Au passage, il révèle les origines maliennes, donc noires du Roi Mohamed VI.

Salif Keita est ulcéré après avoir vu les images cruelles de migrants torturés par les forces de sécurité marocaines. Comme tous les Africains et partout dans le monde, sauf au Maroc, il a condamné la barbarie des policiers marocains. Devant la tiédeur, du moins, l’absence de réaction des officiels marocains, il interpelle directement le Roi Mohamed VI.

« Déplorable et inhumain! On s’attend à plus d’un pays frère comme le Maroc. On interpelle sa majesté Mohammed VI qui a des origines maliennes de veiller sur nos enfants que des images brutales d’africains traités comme des animaux ne se reproduisent plus jamais sur le sol marocain!« , a écrit Salif Kéita sur son compte Twitter.

Salif Kéita emboite le pas à plusieurs personnalités et organisations des droits de l’homme qui réclament de faire la lumière sur ce qu’il s’est passé au Maroc. Les images qui tournent ne sont pas à la gloire du Maroc. Ses forces de l’ordre sont vues en train de maltraiter violemment des migrants arrêtés et sans défense. Le plus choquant, ce sont les images des migrants entassés comme au temps de l’esclavage.


A lire aussi   Top 4 des pays qui sont les plus grands constructeurs automobiles d'Afrique subsaharienne
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment
commentaires
Loading...

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite