Afrique

Voici comment les mercenaires russes commettent des crimes de guerre en République centrafricaine

Dans l’après-midi du 15 février 2021, une vingtaine de personnes ont été tuées dans et près d’une mosquée à Bambari, en République centrafricaine (RCA), selon les rapports des médias.

Plusieurs récits de témoins révèlent que des civils ont été tués de sang-froid lorsque les troupes russes et locales ont forcé les fidèles à quitter la mosquée en fin d’après-midi. Un rapport compilé par la force de maintien de la paix des Nations unies en RCA, connue sous le nom de MINUSCA, indique qu’à Bambari, la FACA (l’armée centrafricaine) et les mercenaires russes pourraient avoir commis des crimes de guerre, notamment en exécutant des civils et d’autres non-combattants.

Il y aurait aujourd’hui plus de 2 000 mercenaires russes en République centrafricaine, qui ont été engagés prétendument pour aider à combattre les rebelles. Le nombre de mercenaires est en augmentation depuis 2017.

The Sentry, une organisation d’enquête indépendante, a reçu des dossiers confidentiels de l’ONU qui soutiennent les accusations des témoins et des victimes contre les mercenaires russes. Le rapport du Groupe de travail des Nations unies (GTNU) a accusé les mercenaires russes d’employer une force excessive et de bombarder des installations protégées telles qu’une mosquée et des camps de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

L’incident de Bambari est l’un des nombreux incidents faisant actuellement l’objet d’une enquête, qui révèlent tous les violations des droits de l’homme commises par les mercenaires russes en République centrafricaine. Les Nations unies estiment à 2 300 le nombre de mercenaires russes en RCA, dont un contingent syrien, stationnés sur plus de 30 sites. Des véhicules blindés de transport de troupes, des hélicoptères de combat tels que les Mi8 et Mi-24 et des drones russes ont tous été importés dans le pays.

A lire aussi   Côte d'Ivoire-Exclusif/ Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo vont se rencontrer au palais présidentiel

Depuis fin décembre, lorsque des mercenaires russes ont rejoint une opération gouvernementale contre des factions rebelles qui tentaient d’avancer vers la capitale Bangui, les rapports de violations des droits de l’homme ont augmenté. La présence de concessions minières lucratives a été liée à la présence de mercenaires russes. En RCA, la présence russe est de plus en plus importante.

Plusieurs entreprises liées aux mercenaires font partie de l’empire économique de l’homme d’affaires russe Yevgeny Prigozhin. Prigozhin a été décrit comme l’étranger le plus important ayant du pouvoir en RCA. Sewa Services, Wagner PMC et Lobaye Invest sont parmi les entreprises qu’il posséderait.

Pour exploiter ces concessions minières, les entreprises ont besoin d’un contrôle territorial. L’analyse par des experts de l’activité des mercenaires russes montre qu’elle est concentrée dans les zones riches en minéraux. En 2020, le gouvernement centrafricain a révoqué la licence d’une société canadienne à Ndassima. Le ministère des Mines a alors accordé une concession de 25 ans à une entreprise nommée Midas Ressources, qui a été enregistrée comme une société russe, selon des documents obtenus par Sentry.

Le gouvernement russe semble soutenir la présence de mercenaires russes. En échange de concessions substantielles dans l’industrie minière du pays, notamment l’or et les diamants, Moscou a accru ses efforts politiques et financiers dans l’ancienne colonie française depuis 2018.

Crédit photo :facetofaceafrica


Articles similaires

Loading...
Bouton retour en haut de la page